Il Giornale 22 giugno 1975

DIAGRAMMACIRCOLARE, SEIZE ANS APRES AU REGIO DETURIN

TRES NOMBREUXACTEURS, SUR FOND MUSICAL

L’oeuvred’Alberto BRUNI TEDESCHI est un manifeste du Néo Capitalisme‘éclairé’ des années du ‘Boom’-Tino CARRARO "conférencier"- Nino Sanzogno a dirigél'orchestre

Sur la droite del'avant-scène, un conférencier expose avec unevénusté, ampoulée et académique sa propreinterprétation cyclique de l’évolution del’économie, et il montre du doigt un grand diagramme où les6 phases du processus évolutif sont indiquées de manièrevoyante: après la phase de la production,viennent la surproduction, puisla crise, la dictature et la course aux armements, la guerre, la ruine. Lasavante conférence est accompagnée de projections descènes-raccord et se concrétise aussi dans une actionscènique venant l’illustrer.

Voilá donola structure de Diagramma Circolare, texte et musique d’Alberto BRUNITEDESCHI, avec la collaboration littéraire de Gian-Piero BONA:l’oeuvre née à la Fenice de Venise, pour le Festival de laBiennale, en Automne I959 et réveillée hier soir après unlong sommeil au Théâtre REGIO de Turin.

Le destintragique d'une famille ouvrière reflète dans "Diagrammacircolare" les événements d'un quart de siècle,allant de 1920 à 1945: à la suite de l’écroulementde la bourse de Wall Street en I929, le chômage et la faim poussent lechef de famille au suicide; son jeune fíls, hostile au régimedictatorial, est fusillé "pour avoir attenté à lasécurité de l'Etat"; la mère meurt sous bombardementaérien, et la fille, physiquement survivante, erre comme une ombrepossédée par la folie parmi les ruines de la villedétruite.

Et, en oppositionconstante avec la famille ouvrière, le personnage du président del'usine, possédé par le démon de la Production - et peudifférent dans ce sens du directeur Rivière de "Volo dinotte” de Dallapiccola - complice mécanique de la dictature qui aaugmenté le rythme de la production, est victime á son tour, toutcomme les installations de son usine d’un bombardement ennemi.

Alberto BruniTedeschi - qui se dédie à la musìque et authéâtre dans les moments perdus que lui concède sonactivité d’industriel dans le secteur des pneus- a sans aucundoute voulu donner au personnage du président un aspectautobiographique; et Diagramma circolare se présente comme un manifestedu Neo-capitalisme illuminé des années 50.

Conçue etréalisée au moment du “míracleéconomique”, l’oeuvre ne manque pas de regarder vers lefutur. La crise que nous sommes en train de vivre maintenant- leconférencier a été bon prophète- devra êtrerésolue non plus à travers la dictature et la guerre, mais enfaisant recours à "une prévoyante et très hauteraison ". Diagramma circolare est donc une oeuvre éminemmentdidactique, un abrégé d’histoire, que l'on suit avecintérêt et attention, guidés par la mise en scènevive et rapide de Filippo CRIVELLI, qui a tiré aussi bien un excellentparti du nouvel équipement technique du Théâtre REGIO, quedes expériences réalisées entre-temps dans de semblablesessais de “théâtre global”.

En effet,né en I959, Diagramma circolare devance les oeuvres empreintes d'uneposition idéologique cépendant différente, et mêmeabsolument opposées de NONO, BERIO et MANZONI. Et pour lareprésentation au Théâtre REGIO il s'est entouréd'une excellente compagnie d'acteurs,qui se déplacent autour du savant"conférencier" Tino CARRARO:parmi les acteurs principauxcitons Carlo HINTERMANN, Lina VOLONGHI, Enzo TARASCIO, Gabriele LAVIA (le fils)et Claudia GIANNOTTI (la fille). De même, la contribution dudécorateur Gianni QUARANTA de la costumiére Dada SCALIGERI, desréalisateurs et coordinateurs des diapositives et des films, NARETTO etD’ASCOLA, est elle aussi determinante.

Mais dansDiagramma Circolare il y a “aussi” la musique. Musique quiprocède d'un bout à l'autre de l’oeuvre avec des fonctionsde fond sonore permanent, ce qui donne aux dialogues des aspects demélologue, gênant même la perception des mots, pourtantamplifìés par des hauts-parleurs. Et il atteint les meilleursrésultats- comme d’ailleurs les oeuvres succèssives desauteurs que l'on a cités- dans les vastes et perspectives articulationschorales, réalisées à la perfection par le choeur du REGIOdirigé par Adolfo FANFANI.

Il n’y apas dans Diagramma circolare de voix solistes: seul un trio masculin bienexécuté ici par POLI, LORMI et GIACOMOTTI, vient se placerà côté du choeur. La participation omniprésente del'orchestre qui atteint son acmé dans l'interlude évocant lesbombardements, révèle de quelle maniere BRUNI TEDESCHI aadopté les positions d’une avant-garde plutôtgénérique dans l’alternance de procédésdodécaphoniques avec d'amples éclaircies tonales, au milieu dequelques échos rappelant DALLAPICCOLA. Le chef d'orchestre Nino SANZOGNOqui, il y a I6 ans avait tenu l’oeuvre sur les fonds baptismaux, s'estdonne avec une ferveur tout aussi scrupuleuse, obtenant de l'orchestre de Turindes résultats d'une importance considérable. Il aété très applaudi ainsi que l'auteur et lesinterprètes. A la fin du spectácle, un seul et unique sifflementaigu, peut-être celui d'un employé mécontent del'entreprise de BRUNI TEDESCHI. (Guido Piamonte)